Assemblées Annuelles de la BAD

Vers une croissance inclusive en Afrique

Publié par Ghislain Zobiyo le

Le Rendez-vous de la Croissance inclusive du Continent africain passera par 4 piliers stratégiques : les infrastructures, la bonne gouvernance, l’intégration régionale et le développement du secteur privé. Tels étaient les mots de conclusion générale de son excellence Louis Fernando Teixeira Dos SANTOS, Président du Conseil des Gouverneurs pour le Portugal.

Les 46èmes Assemblées annuelles de banque Africaine de développement, tenues au Palais des Congrès à Lisbonne les 9-10 juin 2011 se sont clôturées sur une note de satisfaction générale. Malgré les effets de la crise mondiale déclenchée depuis 2009, les évènements du « Printemps arabe », le conflit ivoirien…la BAD a su réagir et se maintenir témoignant là, de sa solidité financière. Selon de président du Conseil des Gouverneurs de la BAD, elle a de façon volontaire apporté une aide de 130 millions d’euros à la Côte d’Ivoire pour sa reconstruction et sa réconciliation nationale, tout en continuant à appliquer son programme d’appui d’aide au développement et le renforcement des capacités institutionnelles des États fragiles.

Premier partenaire du développement du continent noir, Le thème développé par la BAD à l’occasion de ces Assemblées annuelles vise à mettre la croissance inclusive au centre de la réduction des inégalités sociales et économiques, de créer de l‘emploi, et d’offrir des opportunités à tous les citoyens. Ce programme s’appuie sur 4 piliers stratégiques : les infrastructures, la bonne gouvernance, l’intégration régionale et le développement du secteur privé. Les différents séminaires de haut niveau ont conduit à éclairer tous les facteurs qui freinent la croissance, mais surtout ont défini une feuille de route et des résolutions pour un rendez-vous avec la croissance. Il est apparu urgent de dynamiser le secteur privé, qui jusqu’alors ne bénéficie pas des prérogatives du pouvoir public en Afrique, de créer un meilleur environnement et des programmes pour les femmes chefs d’entreprises. Le partenariat Public/Privé apparait indispensable dans l’élaboration des programmes et des stratégies de développement adaptés aux besoins des populations et de l’environnement.

La mobilisation des ressources intérieures dans une vision commune, celle du partage et du bien-être de tous doit s‘appliquer. L’agriculture, sa modernisation, sa professionnalisation, son infrastructure en zone rurale et urbaine constituent une source potentielle de création d’emplois chez les jeunes. Une mise en œuvre plus rigoureuse des réformes institutionnelles, la bonne gouvernance et la transparence dans chaque pays seraient salutaires pour la mise en œuvre des programmes de croissance inclusive. A l’heure des changements climatiques, la BAD et les gouvernements doivent redoubler d’efforts pour mettre en œuvre des stratégies de croissance interne verte au niveau horizontale qui embrasse toutes les activités de développement. Enfin, La mise en place des programmes de stratégies d’intégration régionale reconnus par les Etats, permettraient une meilleure ouverture aux investisseurs et une meilleure circulation des services et un partage de la croissance.

En somme ces assemblées annuelles ont créé une plate-forme d’idées novatrices pour permettre aux pays africains de continuer à mettre en œuvre des stratégies pour le développement et la croissance. Il faut cependant saluer le leadership du Président de la BAD, Donald KABERUKA, pour sa vision son plan d’action d’un continent africain fort prospère, vers le chemin de la croissance économique. Mais, tout cela ne sera possible que si les volontés émanent à l’intérieur de chaque pays. G.Z