La dépouille d’Etienne Tshisekedi : la volonté de la famille

Un lieu d’inhumation et des conditions de sécurité pour Etienne Tshisekedi

Publié par Ghislain Zobiyo le

Définir un lieu d’inhumation et les conditions de sécurité des obsèques dignes de l’homme de paix d’Etienne Tshikedi, tels étaient l’objet de la conférence de presse de ce lundi 13 février 2017 de la famille du défunt.


Réunie au Press Club Brussels Europe, à deux jets de pierre du Conseil de l’Europe, devant un parterre de journalistes nationaux et internationaux, des proches de la famille et amis de la République Démocratique du Congo (RDC), la famille d’Etienne Tshisekedi représentée par Felix Tshisekedi, le fils et Secrétaire Général Adjoint de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS), Monseigneur Gerard Mulumba, le frère et Evèque de Mueka (une ville située dans le Kasaï-Occidental en RDC) et Dr. André Kabanda, Représentant de l’UDPS en Belgique, tenait à faire une mise au point sur les conditions de rapatriement du corps du défunt.
Felix Tshisekedi
Des conditions qui sommes toutes, sont essentielles et peuvent rassurer la famille et le peuple congolais, d’enterrer dignement l’homme de paix qu’incarnait Etienne Tshisekedi, a souligné Felix Tshisekedi. Selon le fils, il est primordial et même urgent de définir le lieu de sépulture du défunt. Il s’agit même d’un appel que lance la famille du défunt au gouvernement Badibanga Samy. « Nous attendons la réponse du gouvernement » a insisté Felix Tshisekedi.

Pour éviter toute dérive et tentative de récupération politique du rapatriement du défunt, la famille d’Etienne Tshisekedi a rédigé un document intitulé » « Déclaration de la famille de Etienne Tshisekedi Wa Mulumba ». On lit au point 7 de cette Déclaration, je cite : « C’est ici également le lieu pour la famille de dire son indignation et de condamner les diverses tentatives de récupération politiques autour des obsèques du Président Etienne Tshisekedi Wa Mulumba ».


Une autre condition au rapatriement du corps du défunt est de mettre en place des conditions de sécurité optimales pour, selon cette même déclaration, « pleurer dignement et inhumer sereinement Etienne Tshisekedi, afin qu’il entre dans son repos éternel. Ce qui suppose une ambiance générale de sérénité indispensable à la tenue d’un deuil digne, à la mesure de la personnalité et en conformité avec ce qu’a été le fondement de sa vie ».

Pour avoir marqué l’avènement de la démocratie dans son pays la RDC dans les années 1990, et en tant que figure de proue et de paix dans la construction de l’Accord Politique Global et Inclusif du Centre Interdiocesain de Kinshasa » du 31 décembre 2016, un accord conclu sous l’égide de la Conférence Episcopale du Congo ( CENCO), les orateurs ont insisté sur la mise en oeuvre du dit l’accord. La mise en oeuvre de cet accord, consécutive à l’inhumation d’Etienne Tshisekedi serait une volonté claire d’apaisement de la part de la classe dirigeante, mais surtout un respect de la mémoire de celui qui, avant sa mort avait oeuvré corps et âme pour aboutir au dit accord.

Cette conférence aura permis à la famille d’écorner toute question sur la mort effective de celui qui est considéré aujourd’hui comme un patriarche. Décédé d’une embolie pulmonaire le 1er février 2017 à l’hôpital Sainte Elisabeth à Bruxelles, plusieurs questions restent en suspens sur la « mort inopinée », selon le fils d’Etienne Tshisekedi du père. Ainsi, la famille n’a pas exclu, de recourir à une autopsie, après l’opération de la jambe gauche d’Etienne Tshisekedi.

Une lumière sur la mort d’Etienne Tshisekedi selon la famille, les conditions de rapatriement de son corps semblent dès lors, les conditions préalables pour permettre à la famille, au peuple congolais et amis de la RDC d’enterrer dignement celui qui est considéré aujourd’hui comme le père de l’ouverture démocratique en RDC, Etienne Tshisekedi Wa Mulumba.

Ghislain Zobiyo