Le Symposium MedCamBel 2013

Publié par Admin le
Le Symposium MedCamBel 2013
"LES HEPATITES VIRALES " et leur prise en charge globale
Le 11 mai 2013 a eu lieu à Bruxelles, le symposium annuel de l’association de médecins d’origine camerounaise de Belgique en abrégée MedCamBel. L’évènement entièrement consacré aux HEPATITES VIRALES a réuni les praticiens de renom de la Belgique et du Cameroun autour de la connaissance de la maladie, ses symptômes, le risque de co-infection éventuelle avec d’autres maladies, ainsi que de la prise en charge globale et la prévention. Les chiffres de l’organisation mondiale de la santé (OMS) sont sans appel. Plus de deux milliards de personnes sont infectées dans le monde dans le cas de l’hépatite B (à titre d’exemple), avec trois cent cinquante millions de porteurs chroniques. Sa prévalence étant de l’ordre de 13% en Afrique subsaharienne et particulièrement au Cameroun, au Nigéria et en Asie du sud-est. D’où l’importance d’un tel congrès, qui aura permis à bon nombre de participants de mieux appréhender cette pathologie qui rappelons-le décime plus de personnes que le VIH. Reportage du symposium en images. G.Z
Bipmedia Brussels Information Press Media

"LES HEPATITES VIRALES " et leur prise en charge globale
Le 11 mai 2013 a eu lieu à Bruxelles, le symposium annuel de l’association de médecins d’origine camerounaise de Belgique en abrégée MedCamBel. L’évènement entièrement consacré aux HEPATITES VIRALES a réuni les praticiens de renom de la Belgique et du Cameroun autour de la connaissance de la maladie, ses symptômes, le risque de co-infection éventuelle avec d’autres maladies, ainsi que de la prise en charge globale et la prévention. Les chiffres de l’organisation mondiale de la santé (OMS) sont sans appel. Plus de deux milliards de personnes sont infectées dans le monde dans le cas de l’hépatite B (à titre d’exemple), avec trois cent cinquante millions de porteurs chroniques. Sa prévalence étant de l’ordre de 13% en Afrique subsaharienne et particulièrement au Cameroun, au Nigéria et en Asie du sud-est. D’où l’importance d’un tel congrès, qui aura permis à bon nombre de participants de mieux appréhender cette pathologie qui rappelons-le décime plus de personnes que le VIH. Reportage du symposium en images. G.Z